Les MMO sont les yeux et les oreilles du navire en ce qui concerne la faune marine. Leur première mission : s’assurer qu’aucun cétacé ne se trouve autour du bateau au moment des tirs. Un rôle primordial pour assurer le respect de la vie marine (cet article, en complément de celui du 10/05, apporte les précisions sur le protocole de surveillance des mammifères marins appliqué quotidiennement par les Marine Mammals Observers ).

Avant chaque série de mesures nécessitant des tirs sismiques, les MMO scrutent l’horizon et tendent l’oreille pour s’assurer qu’aucun mammifère marin ne se trouve dans les environs. Si aucun dauphin ou baleine n’est détecté durant la première heure d’observation (prewatch), les tirs peuvent commencer. Leur intensité est augmentée progressivement (ramp-up) durant la première demi-heure afin que les éventuels cétacés non décelés puissent s’éloigner du bateau en toute sécurité. Durant l’acquisition des données, les MMO continuent de surveiller les alentours de l’Atalante armés de leurs jumelles, appareils photo et enregistreurs acoustiques (PAM : Passive Acoustic Monitoring). Si des mammifères marins s’aventurent dans un périmètre de 500 mètres autour du bateau, tous les tirs sont immédiatement arrêtés et le protocole est recommencé depuis le début. Les jours de mauvais temps ou durant la nuit, la durée de l’observation avant de commencer les tirs est augmentée jusqu’à deux heures et la surveillance se fait surtout par les mesures acoustiques.

Léo Pierre