L’objectif principal de la campagne GARANTI est de reconstituer l’évolution de la morphologie de la région des Caraïbes, comprenant l’archipel des Petites Antilles ainsi que le domaine situé à l’ouest de celui-ci. On s’intéresse plus particulièrement à l’origine des reliefs actuels de la ride d’Aves et du bassin de Grenade.

Pour cela, il nous faut imaginer l’organisation et la nature des structures du substratum (en marron sur la figure ci-dessous) et de la couverture sédimentaire (en jaune) en utilisant différentes techniques de prospection indirectes.

La zone de subduction des Petites Antilles est la conséquence de la convergence entre les plaques américaines et la plaque des Caraïbes (symbolisée par la flèche). Elle est responsable du volcanisme de la région et des déformations de part et d’autre de l’arc volcanique des Petites Antilles. En particulier, l’importante courbure de cette zone de subduction (noté fosse des Petites Antilles) qui génère des déformations au nord du bassin de Grenade. En effet, on remarque des reliefs plus importants au nord du bassin de Grenade que dans le sud, qui a des profondeurs typiques de bassin océanique.

hypothèse de travail : l’un des scénarios testé lors de cette mission est qu’au crétacé supérieur (il y a 100 à 66 millions d’années), voire au Paléogène (il y a 66 à 30 millions d’années), le domaine s’étendant de la ride d’Aves à l’arc volcanique des Petites Antilles aurait pu être émergé, voire former une cordillère. Il aurait ainsi pu servir de pont terrestre à certaines espèces de mammifères puis s’effondrer sous l’effet de la subduction atlantique jusqu’à atteindre la configuration actuelle à la fin du Paléogène.

Léo Pierre